Profil du Chercheur

image

René Laprise

Université du Québec à Montréal

Apprivoiser la complexité du climat à l’échelle régionale

La Terre se réchauffe – ça, nous le savons. Les températures mondiales ont augmenté de 0,8 °C depuis 1880. Mais que nous réserve le prochain siècle? Quels seront les effets du changement climatique dans la région où vous vivez? La réponse est : « Cela dépend ».

Selon René Laprise, modélisateur en climatologie à l’Université du Québec à Montréal, personne ne connait vraiment l’échelle à laquelle les êtres humains continueront d’émettre des gaz à effet de serre. Cela dépend de la volonté politique et publique et des futurs développements technologiques. Il est donc nécessaire de réaliser des modélisations climatiques en fonction de scénarios optimistes, pessimistes et intermédiaires.

René Laprise se spécialise dans la modélisation de systèmes hautement complexes au niveau régional, comprenant des interactions entre l’atmosphère et les sols de la Terres et ses étendues d’eau. Ces interactions sont, à leur tour, influencées par des facteurs tels la rotation de la Terre, les gaz présents dans l’atmosphère, la profondeur des océans, les modes d’utilisation des terres, la hauteur des montagnes et l’intensité du soleil.

Prédire les effets qu’aura un tel mélange d’influences concurrentes sur une région spécifique requiert des logiciels sofistiqués qui intègrent les lois de la physique pour calculer les changements au fil du temps des taux précipitations, de la température, du degré de salinité de l’océan, de la couverture neigeuse et d’autres facteurs.

Ceci requiert également des calculs informatiques puissants. En effet, chaque point sur une grille à trois dimensions simulant la terre, l’eau et l’atmosphère est intimement relié; chaque point « parle » au point voisin, l’affecte et subit son action en même temps.

Évidemment, les simulations d’un tel niveau de complexités ne peuvent avoir lieu sans un volume de stockage important – de l’ordre de plusieurs téraoctets. René Laprise doit interroger une énorme quantité de données stockées afin d’obtenir les renseignements statistiques nécessaires pour prévoir le climat plusieurs décennies d’avance.